samedi 24 février 2018

La 1-54 remplacera-t-elle la Marrakech Biennale ?


1-54 Contemporary African Art Fair est une foire internationale dédié à l’art contemporain d’Afrique et de sa diapora. Le chiffre 54 est une référence aux cinquante-quatre pays du continent africain et le « un »  ou « one » pour rassembler à priori tous ces payes en une seule entité et plateforme qui leur est consacré et qui est la 1-54. D’où l’originalité du nom de cet événement.

Fondé par Touria El Glaoui en 2013 à Londres, la foire 1-54 est à sa 1ère édition au Maroc et plus précisément ce weekend du 24 et 25 février à Marrakech après des éditions passées à Londres et à New York.

Cette date du 24 février nous rappelle la date de l’inauguration de la Marrakech Biennale 2016 et dont la 7ème édition cette année a été annulée pour des raisons financières, or certains artistes comme Youness Atbane, M'barek Bouhchichi et Simohammed Fettaka ont démarré une initiative inspirante à travers la création d’une page Facebook sous le titre « The fictional Marrakech Biennale 2018 » afin d’ouvrir un débat autour de cette annulation.

Si certains événements s’annulent, d’autres voient le jour pour remplacer ou non les précédents. Ce qui est sûr à présent est que la ville de Marrakech regorge d’événements pendant tout ce weekend comme les vernissages des expositions qui se tiennent dans plusieurs galeries locales partenaires de la 1-54 et qui vont rester bien évidemment même après ce weekend de la foire. Celle-ci se déroule principalement à l’hôtel de la Mamounia.

Dans le programme principal de cette foire, il y a « 1-54 FORUM » qui été conçu par Omar Berrada sous la thématique « Always décolonisé ! Ce forum a pour objectif principal et comme c’est communiqué sur le programme et comme son nom l’indique, de décoloniser les savoirs pour s'ouvrir à de nouveaux horizons tout en faisant appel aux artistes et aux acteurs culturels.

Après que ce weekend de la foire soit passée ici à Marrakech, nous saurions exactement si cette 1ère édition du 1-54 va apporter du nouveau de son côté sur la scène culturelle actuelle et si elle va renaître certains espoirs d’une Afrique unie à tous les niveaux y compris dans le domaine artistique.